21 janvier 2013

De l’onirique en instantané

Le Turk est un photographe français à l'univers unique.

C’est l'un de ces artistes détenant l’art de nous raconter toute une histoire en un cliché, en une phrase. Sa présentation nous le prouve au premier abord : « une biographie ne servirait à rien. Le Turk est simplement né un soir en écoutant par accident l’introduction de la Passion Selon Saint Jean de Jean-Sébastien Bach, très fort dans un casque. ». Sans l’avoir vu, on se l’imagine déjà : transpirant, le souffle court, l’esprit tourbillonnant d’excitation dans un orgasme musical, luttant seul face à l’œuvre intemporelle du maître Bach. Et bien cela n’est rien. Cela n’est rien face aux histoires que l’on se crée en admirant les photographies de cet artiste.

Son univers nous absorbe. Déjà par l’ambiance, les couleurs sont vives, les scènes sont fantastiques. Il y a cet étrange contraste, parfaitement équilibré, entre le glauque et le féérique. Puis, viennent les personnages. Mi-anges mi-démons, leurs visages sont tant expressifs qu’il nous est naïvement possible d’imaginer leurs propres vies, toujours empreintes d’une certaine mélancolie. Le monde du cirque inspire Le Turk. C’est un monde où les femmes à barbe sont reines. Il rend le laid, beau. Le beau, intrigant. Et l’intrigant, triste. Un cercle vicieux qui nous ramène, une fois de plus, dans cette dualité du clair-obscur.   

Le surréalisme de ses œuvres nous invite à le comparer au photographe américain David Lachapelle. D’autant plus que les deux artistes ont le même mérite de créer l’univers de leurs clichés eux-mêmes, sans aucun trucage informatique. Le Turk affirme avoir besoin d’une semaine « sans trop dormir » pour préparer une photo, un travail gargantuesque !

De 2009 à 2011, il réalise les séries Salbatar Circus I et Salbatar Circus II. Puis suivront, Retour en Terres Nulle-part, Je crie vers toi et la dernière Baby Alone dévoilant la beauté sombre d’une Marylin prédisposée au suicide.

Un artiste talentueux à suivre de près !

Ci-dessous, quelques-uns de ses clichés...

Pour plus d’informations : http://www.leturk.com/index.php

last-cabaret

la-femme-a-barbe

sandrine-et-sophie

tontons-farceurs-2

marie-sur-les-toits

la-belle-inconnue

c'est-l'hiver-demain

l-automne

Posté par lauratok à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur De l’onirique en instantané

Nouveau commentaire